• Minimum de souscription 1 part
  • Prix de la part 10,000 €
  • Horizon de placement 20 ans

Chiffres clés

  • Capitalisation
    1 M€
  • Jouissance
    Premier jour du quatrième mois

Avantages

Moniwan vous rembourse 2 % du montant investi pour toute souscription de parts de SCPI en pleine propriété ou en démembrement.

  • 2 %
    remboursés sur
    votre investissement
    =
  • + 5 mois
    de revenus
    supplémentaires
    ou
  • Plus de 24 %
    de la commission de souscription remboursés

Les frais

  • Prix de part TTC
    10,000.00 €
  • Valeur de retrait
    9,200.00 €
  • Commission de souscription HT​
    8.00 %
  • Commission de gestion HT​
    12.00 %

Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement minimale recommandée par la Société de Gestion est de 20 ans. La SCPI ne garantit pas la revente des parts.

Risque de contrepartie : L’essentiel des revenus courants de la SCPI provient de la location des propriétés viticoles détenues directement ou indirectement. De ce fait, les revenus seront liés à la fois à l’évolution générale et locale des marchés locatifs concernés et au risque de défaillance des exploitants, de vacance d’exploitation et/ou de contentieux. Il est à noter également que les risques liés aux aléas climatiques (gel, grêle ou autres aléas climatiques) ainsi que les incendies, actes de vandalisme ou dégradations peuvent fragiliser l’exploitant et dévaloriser le foncier à long terme.

Risque de marché : La SCPI est composée de différentes propriétés viticoles dont la valeur est soumise à l’évolution des marchés immobiliers et vitivinicoles dans la zone où ils se situent. Il ne peut être exclu, en particulier, que ces actifs subissent une dépréciation dans le temps, en fonction d’évolutions générales du marché ou de facteurs locaux. Ces risques sont présents et leur survenance peut entrainer une baisse de la valeur de la part de la SCPI. Conformément à la politique d’investissement et à l’objectif de gestion, la SCPI va acquérir des propriétés viticoles qui seront louées par bail rural à long terme. La SCPI envisage de détenir ces actifs pendant toute la durée du bail et n’envisage leur cession qu’au terme de ce bail. Si la SCPI devait céder une propriété pendant le cours de son bail, elle serait confrontée à un marché des propriétés agricoles occupées peu liquide. Le prix de cession pourrait alors tenir compte d’une décote de liquidité, selon les régions, liée à la durée du bail restant à courir.

Risque lié à la concentration : Le patrimoine immobilier de la SCPI, constitué progressivement, pourra être composé d’un nombre limité d’actifs viticoles ne permettant pas une dispersion des risques optimale, notamment durant sa phase initiale. De ce fait, la SCPI sera exposée à un risque de concentration. A l’issue d’une période de 3 ans à compter de l’ouverture de l’offre au public, le patrimoine de la SCPI devra être composé d’au moins deux propriétés viticoles distinctes. La part de l'une de ces propriétés ne pourra excéder 60 % de la surface totale du patrimoine de la SCPI. Ce risque peut toutefois être atténué par la diversification des domaines viticoles sous-jacents et de leurs répartitions géographiques et appellations du portefeuille de la SCPI .La SCPI s’autorisant à n’être exposé qu’à 2 exploitants au minimum, elle peut perdre tout ou partie de ses revenus en cas de difficulté d’un seul exploitant. Cet objectif n’étant pas garanti

Risque lié à la gestion discrétionnaire : Le style de gestion pratiqué par la SCPI repose sur l’anticipation de l’évolution des différents marchés et/ou sur la sélection des actifs viticoles. Il existe un risque que la SCPI ne soit pas investie à tout moment sur les marchés ou les actifs les plus performants.

Risque lié à la liquidité : La SCPI n’étant pas un produit coté, elle présente une liquidité moindre comparée aux actifs financiers. Les conditions de cession (délais, prix) peuvent ainsi varier en fonction de l’évolution, à la hausse comme à la baisse, du marché de l’immobilier et du marché des parts de SCPI. La sortie n'est possible que s'il existe une contrepartie à l'achat ou à la souscription.

Risque lié à l’endettement (effet de levier) : L’attention des investisseurs est attirée sur le fait que la SCPI peut recourir à l’endettement. Les caractéristiques d’endettement sont précisées dans le paragraphe « Politique d’investissement » de la note d’information. Le recours à l’endettement a pour effet d’augmenter la performance potentielle de la SCPI mais également les risques de perte en capital.
La SCPI peut, contracter des emprunts auprès d’établissements bancaires, assumer des dettes ou procéder à des acquisitions payables à terme, dans la limite d’un montant maximum correspondant à tout moment à 20 % de la valeur d’acquisition des actifs de la SCPI, en vertu de la décision de l’assemblée générale constitutive des associés du 6 décembre 2018 et ce jusqu’à décision contraire de l’assemblée générale ordinaire.

Risque de perte en capital : La SCPI comporte un risque de perte en capital et le montant du capital investi n’est pas garanti.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé.