L’assurance-vie, comment cela fonctionne ?

L’assurance-vie est belle

On ne la présente plus tant elle est connue, l’assurance-vie est un moyen d’épargne plébiscité par tous. Mais comment fonctionne-t-elle vraiment ?

Idée reçue n°1 : l’assurance-vie sert uniquement à transmettre en cas de décès !

FAUX

Contrairement à l'idée reçue, l’assurance-vie n’est pas seulement accessible après sa mort. De votre vivant, vous pouvez utiliser votre contrat comme vous le souhaitez. Récupérez librement tout ou partie de votre argent et les intérêts pour vos projets : changement de voiture, études des enfants, achat d’un bien immobilier, préparation de la retraite, tour du monde en famille...

À votre décès votre contrat sera « dénoué », c’est-à-dire clôturé. Le capital et les intérêts restants seront transmis au(x) bénéficiaire(s) de votre choix, avec ou sans lien de parenté (enfants, conjoints, frères et sœurs, associations, amis, amant/maitresse etc.). De plus, vous bénéficierez d’un statut fiscal avantageux : la fiscalité de l’assurance-vie baisse avec les années. C’est donc une solution souple, accessible au plus grand nombre et fiscalement avantageuse qui explique en partie son succès.

Idée reçue n°2 : l’assurance-vie ça ne rapporte plus rien !

FAUX

Ce préjugé vient du fait que la majorité des sommes versées sur les contrats d’assurance-vie sont investis sur des fonds en euros dont le rendement moyen en 2019 était de 1,4 % (avant prélèvements sociaux et fiscaux). Mais l’assurance-vie ne se résume pas aux fonds en euros, les unités de comptes peuvent être une alternative même si le capital n’est pas garanti.

Idée reçue n°3 : mon contrat d’assurance-vie est bloqué pendant 8 ans

FAUX

Comme nous l’expliquons ci-dessous, la fiscalité est plus avantageuse pour un contrat qui a plus de 8 ans, mais rien ne vous empêche d’effectuer des rachats avant.

Le saviez-vous ?

Vous ne le savez peut-être pas, mais en assurance-vie, c’est votre assureur qui est « propriétaire » des SCPI. Cela présente un avantage direct pour vous : vous n’êtes pas obligé d’investir dans des parts entières de SCPI. Puisque c’est l’assureur qui a acheté les parts, il peut les répartir entre les souscripteurs avec plus de souplesse. Et pour vous c’est un accès à la SCPI pour le montant de votre choix.

 

En savoir plus

Fonctionnement, fiscalité et choix des supports

  • L’assurance-vie est une enveloppe dans laquelle vous pouvez verser de l’argent quand vous le souhaitez et/ou mettre en place des versements réguliers ; on parle ici de « versements programmés ». Il en va de même lorsque vous souhaitez retirer de l’argent, vous pouvez à tout moment racheter une partie ou la totalité de votre contrat c'est ce que l’on appelle un rachat « partiel » ou « total ».

    Vous pouvez également programmer vos rachats ex : 150 € / mois on parle alors de « rachats partiels programmés ». En versant de l’argent sur votre contrat d’assurance vie, vous avez le choix entre un ou plusieurs supports que vous pourrez par la suite modifier à tout moment en réalisant un « arbitrage ».

    Description des supports d’investissement

    Les fonds euros : le principal avantage des fonds euros est que le capital investi est garanti. Vous ne pouvez donc pas perdre d’argent en investissant sur ce support. En revanche, les performances sont limitées, 1,83 % en moyenne en 2018 selon la fédération française de l’assurance.

    Les unités de compte (UC) : ce sont des supports financiers qui peuvent investir en action, en obligation, en immobilier (SCPI, OPCI etc). Les UC offrent un potentiel de performance plus élevé cependant, ce n’est pas un investissement sans risque car le capital n’est pas garanti par l’assureur.

  • Lorsque vous faites un rachat sur votre contrat d’assurance vie, celui-ci est composé d’une part de capital et d’une part d’intérêt mais seule la part d’intérêt est fiscalisé c’est-à-dire soumise à impôt. Cette fiscalité est optimisée à compter du 8ème anniversaire de votre contrat. Autrement-dit, plus vous êtes patient avant de faire un rachat, moins vous payerez d’impôts.

    La loi de finance 2018 a instauré le Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) également connu sous le nom de « Flat tax ». Son taux est de 30 % (12,8 % de prélèvement forfaitaire 17,2 % de prélèvements sociaux).

    N.B. Le traitement fiscal dépend de la situation personnelle de chaque client et est susceptible d’évoluer dans le temps. Les instruments financiers sélectionnés ou support de gestion dans le cadre de proposition d’optimisation fiscale peuvent ne pas être appropriés à tous les investisseurs. Merci de prendre connaissance des documents légaux des supports proposés et risques associés avant toute souscription.

    En savoir plus

  • Plusieurs facteurs peuvent influencer la répartition et la sélection des supports notamment :

    • le niveau de risque que vous êtes prêt à prendre ;
    • « l'horizon de placement » c’est-à-dire la durée pendant laquelle vous souhaitez conserver votre placement ;
    • la liste des fonds proposés par l’assureur.

    Bien évidement les experts Moniwan pourront sélectionner pour vous les supports les plus adaptés à votre situation et à vos objectifs.

    Une transmission facilitée :

    La somme que vous transmettez à vos bénéficiaires grâce à votre contrat d’assurance-vie n’est pas intégrée à la succession.

    • Avant vos 70 ans, les primes versées sont exonérées d’impôt à hauteur de 152 500 € par bénéficiaire.
    • Après vos 70 ans, les primes versées sont exonérées d’impôt à hauteur de 30 500 € tous bénéficiaires confondus.