LE PER GENERALI PATRIMOINE

Le Plan Epargne Retraite Individuel

Préparer sa retraite tout en réduisant ses impôts

Le plan épargne retraite (PER) est accessible à toutes les personnes en activité, salariés ou travailleurs indépendants, il permet d’épargner en vue de financer sa retraite.

Prendre rendez-vous

Le PER, donne accès à un grand nombre de supports, gérés librement ou en gestion pilotée. Les sommes investies sont partiellement déduites de votre imposition sur l’année en cours. Une fois à la retraite, le capital constitué est récupérable en totalité sous forme de capital, capital fractionné ou de rente, pour améliorer vos revenus.

Envie de préparer l’avenir
tout en payant moins d’impôts ?
Le PER est peut-être fait pour vous !

  • Vous êtes salarié ?

    Les versements volontaires effectués sur votre PER sont déductibles de vos revenus imposables dans la limite du montant le plus élevé entre :

    • 10 % de ses revenus professionnels nets de frais professionnels et de cotisations sociales de l'année N-1, dans la limite de 10% de 8 fois le Plafond annuel de la Sécurité sociale (PASS) de l'année N-1, soit 32 909 € pour l'année 2021.
    • 10% du PASS de l'année N-1, soit 4 114 € pour l'année 2021.
  • Vous êtes indépendant
    (ou travailleur non salarié) ?

    Cet avantage s’applique également pour vous dans la limite du montant le plus élevé entre :

    • 10% du bénéfice imposable limité à 8 PASS de l'année en cours (soit 10% de 329 088 € au maximum) + 15% du bénéficie imposable compris entre 1 et 8 PASS de l'année en cours (soit 43 192 € au maximum) ou 10% du PASS de l'année en cours (soit 4113 € minimum). En 2022, le PASS est fixé à 41136 €.
    • Ou 4 114 € + 15% du bénéfice imposable compris entre 1 et 329 088 €, si ce montant est plus élevé.

La rente versée au moment du déblocage du PER est soumise à l’impôt sur le revenu, dans la catégorie "pensions et retraites", et aux prélèvements sociaux au taux de 17,2 % (sur la fraction imposable de la rente au titre du régime fiscal des rentes viagères à titre onéreux)

En cas de sortie en capital, ce dernier est soumis à l’impôt sur le revenu, seuls les intérêts contractés sont soumis au prélèvement forfaitaire de 30 % ou au barème progressif de l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux (17,2%).

Ce régime fiscal concerne les versements volontaires sur un PER individuel ou collectif déduits du revenu imposable à l’entrée et par conséquent soumis à l'impôt à la sortie.

Bon d’accord, essayons de faire plus simple. Prenons un exemple

Camille a un revenu net annuel de 42 000€

Elle verse 10 000 € en 2021 après s’être assurée de disposer de suffisamment d’épargne de précaution.

Grace à ce versement, elle réduit son revenu imposable de 37 800 à 33 600 €.

En 2022, Camille réalise donc une économie d’impôt de 1 260 € sur ses revenus de 2021.

Notez que ces chiffres ne tiennent pas compte de votre situation fiscale personnelle, qui peut également influer sur le montant déductible. L’impact de votre fiscalité dépend donc de votre imposition avant et après déduction. Il peut différer d’une personne à l’autre. Nos conseillers sont à votre disposition pour simuler avec vous l’impact potentiel sur votre fiscalité.

Le saviez-vous ?

Transférez vos anciens dispositifs retraite


Il est possible de transférer ses anciens dispositifs d’épargne retraite vers un PER afin de bénéficier des conditions du PER plus avantageuses.


Jusqu’au 1er janvier 2023, vous pouvez également transférer l’encours d’un contrat d’assurance vie de plus de 8 ans vers un PER. Dans ce cas là, vous bénéficiez du double de l’abattement prévu lors des rachats d’assurance vie, à savoir 9 200 € pour une personne seule et 18 400 € pour un couple marié soumis à une imposition commune. A noter que le transfert doit être effectué au moins 5 ans avant l'âge légal de départ en retraite.

L'investissement sur les supports en unités de compte supporte un risque de perte en capital puisque leur valeur est sujette à fluctuation à la hausse comme à la baisse dépendant notamment de l'évolution des marchés financiers. L'assureur s'engage sur le nombre d'unités de compte et non sur leur valeur qu'il ne garantit pas.