Les risques d'un placement en SCPI correspondent à ceux d'un placement immobilier. Les principaux risques sont notamment liés aux variations des marchés immobiliers.

Plusieurs facteurs de risque sont à prendre en compte

Le risque de perte en capital

Les conditions de location des immeubles peuvent évoluer en fonction de la conjoncture économique et immobilière (taux d’occupation, niveau de loyers, etc.) sur la durée totale du placement. Le montant de capital que vous percevrez, lors de la revente de vos parts ou, le cas échéant, de la liquidation de la SCPI, n’est pas garanti. Il dépendra de l’évolution du marché de l’immobilier.

Le risque de liquidité

Les parts de SCPI sont soumises aux règles de marché d’échange (marchés primaire et secondaire), qui peuvent prendre quelques jours ou quelques semaines pour réaliser la vente des parts selon le type de SCPI (capital fixe ou capital variable selon leurs modalités). L’échange peut être prolongé si l’acheteur n’accepte pas les conditions du prix proposé à la décote par le fonds de remboursement ou si la SCPI ne dispose pas de fonds de remboursement.

L’absence de rentabilité potentielle ou la perte de valeur

Si le marché baisse, la valeur des biens immobiliers détenus par la SCPI et le prix des parts de SCPI diminuent. Si le prix des loyers venait à baisser, alors le rendement généré par les SCPI subirait une baisse proportionnelle. De même, si le nombre de biens immobiliers non loués dans le parc immobilier d'une SCPI augmente, alors le rendement des parts de SCPI diminue.

Le risque lié au recours à l’endettement de la SCPI

La SCPI peut avoir recours à l’endettement, dans la limite d’un montant maximum voté en assemblée générale et figurant dans la note d’information. En cas de recours à l’endettement, le risque de perte en capital pourrait être accru.

L'achat à crédit 

Dans le cadre d’un achat à crédit, l’attention du souscripteur est attirée sur le fait que l’obtention d’un financement pour la souscription à crédit de parts de SCPI n’est pas garantie et dépend de la situation patrimoniale, personnelle et fiscale de chaque client.
Le souscripteur ne doit pas se baser sur les seuls revenus issus de la détention de parts de SCPI pour honorer les échéances du prêt, compte tenu de leur caractère aléatoire.

Le défaut de remboursement 

En cas de défaut de remboursement, l’associé peut être contraint à vendre ses parts de SCPI et supporter un risque de perte en capital.
L’associé supporte également un risque de remboursement de la différence entre le produit de la cession des parts de la SCPI et le capital de l’emprunt restant dû dans le cas d’une cession des parts à un prix décoté.

La durée de placement à long terme  

Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification du patrimoine. La durée de placement minimale recommandée est en moyenne de 10 ans.